Plan France relance

Le 3 septembre 2020, Monsieur Jean Castex, Premier Ministre, présentait les grandes lignes du plan gouvernemental France Relance. Il annonçait alors « 100 milliards d’euros pour retrouver dès 2022 notre niveau de richesse d’avant la crise ». Un an après, où en sommes-nous ?

Le plan France Relance a été déployé par le gouvernement autour de trois grands volets : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Afin de maximiser l’effet de la relance sur l’économie, la mise en œuvre de France Relance a suivi impérativement une exécution rapide. 47,4 milliards d’euros sont déjà engagés, et l’objectif du gouvernement est de déployer 70 milliards d’euros d’ici la fin 2021. Pour Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance, « ces résultats reflètent l’efficacité des mesures de relance, la solidité des fondamentaux de l’économie française et la mobilisation de tous : particuliers, entrepreneurs, élus, parlementaires ».

L’écologie 

30 milliards d’euros sont spécifiquement destinés au financement de la transition écologique. Depuis le début de l’année 2021, 475 000 ménages ont déposé une demande sur MaPrimeRénov, contre 192 000 sur toute l’année 2020. D’autre part, 420 000 ménages ont aussi bénéficié du bonus écologique ou de la prime à la conversion. On constate également une accélération du verdissement du parc automobile. Sur les sept premiers mois de l’année 2021, 15,7% des ventes aux particuliers de véhicules neufs sont électriques ou Hybrides rechargeables, contre 2,5% sur les sept premiers mois de 2019. Enfin, avec un investissement historique de 2,7 milliards d’euros, France Relance permet également la rénovation énergétique de 4200 bâtiments de l’État.

La compétitivité

Dotée d’un budget total de 34 milliards d’euros, cette deuxième partie du plan France Relance vise à accroître la résilience économique et l’indépendance technologique de la France, à développer l’activité et à créer de l’emploi de façon durable.

Il s’agit ainsi d’accélérer la reconquête industrielle :

1) En soutenant les secteurs automobile et aéronautique. France Relance soutient entre autres la modernisation des lignes de production des entreprises de ces secteurs.

2) En relocalisant ou développant des activités dans les secteurs clés tels que les semi-conducteurs, la santé, l’agroalimentaire ou les communications.

3) En soutenant des projets industriels dans les territoires. 70% des projets soutenus sont réalisés hors des centres urbains.

Fin août, France Relance aura permis d’accompagner 8 885 entreprises industrielles dont 86% sont des TPE et des PME en réalisant 11,7 milliards d’euros d’investissements productifs et en confortant ou en créant 231 000 emplois industriels. France relance permet aussi aux entreprises françaises de combler leur retard en matière de numérisation. Un tiers des entreprises industrielles (environ 9000 entreprises) seront accompagnées dans leurs investissements de digitalisation et de robotisation par France Relance. 112 000 TPE ont été soutenues financièrement dans leur démarche de numérisation.

Le 6 septembre dernier s’est tenue une réunion plénière du Conseil national de l’industrie (CNI) afin de dresser un premier bilan des mesures dédiées à l’industrie. Outre la baisse pérenne de dix milliards d’euros par an des impôts de production, le gouvernement a mis en place des mesures afin de soutenir la modernisation des entreprises industrielles. En ce qui concerne les filières aéronautique, automobile et nucléaire, ce sont 1,6milliard d’euros d’investissements productifs et 622 millions d’aides diverses qui ont été attribués à 723 lauréats au total. En ce qui concerne le soutien aux investissements vers l’industrie du futur, ce sont 2,28 milliards d’euros d’investissements industriels et 706 millions d’aides diverses qui ont permis de soutenir 6648 entreprises.

Ce sont 20 milliards d’euros qui sont mobilisés par le gouvernement pour soutenir l’innovation sur 2021-2025, dont 11 milliards d’euros dans le cadre de France Relance sur 2021-2022. Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance explique : » L’objectif du futur plan d’investissements, c’est de continuer à mettre fin à la capitulation industrielle des trente dernières années. Comment? En créant de nouvelles filières industrielles, en amorçant l’investissement dans des secteurs qui ne sont pas rentables immédiatement, et où le soutien de l’État est indispensable. C’est l’hydrogène vert, l’intelligence artificielle, l’espace, les semi-conducteurs, le nouveau nucléaire… C’est ainsi que nous renverseront la tendance ».

Relocaliser et développer les capacités de production. La crise sanitaire a mis en exergue la dépendance industrielle et technologique de l’économie française et la fragilité de certaines chaînes de valeurs mondiales. Il est apparu nécessaire de renforcer la production nationale et de soutenir l’implantation ou la réimplantation, sur le territoire national, de certaines industries stratégiques.

Soutenir la production dans les territoires. Ce sont 4,4 milliards d’euros d’investissements productifs qui ont été apportés par le plan France Relance auprès de 1064 entreprises lauréates et qui ont permis la création de 22800 emplois nouveaux.

Relocaliser la production dans les secteurs critiques. A cette date, 351 projets lauréats ont été retenus dont les deux tiers sont des PME. Ils représentent plus de 2,4 milliards d’euros d’investissements industriels, soutenus pour plus de 637 millions d’euros par l’État. Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’industrie, explique : »La crise sanitaire a révélé de profonds enjeux de souveraineté que nos prédécesseurs ont trop longtemps négligés. Elle a mis en lumière l’urgence de maîtriser des technologies stratégiques. Depuis 4 ans, notre priorité, c’est la reconquête de notre autonomie stratégique ».

Décarboner l’industrie. Un des enjeux majeurs de la relance de l’économie française est d’accélérer la transition écologique de l’industrie, pour répondre aux défis environnementaux et climatiques. Afin d’atteindre l’objectif fixé par la stratégie nationale bas carbone (SNBC) de baisse de 81% des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie d’ici 2050 par rapport à 2015, l’État a mobilisé, dans le cadre de France Relance, 1,2 milliard d’euros pour soutenir et accompagner la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur industriel. A cette date, ce sont 482 millions d’euros d’aides de l’État qui ont accompagné 99 lauréats et qui ont permis d’éviter par an 1,3 Mt d’équivalent CO2.

Cohésion sociale et territoriale

Ce troisième volet du plan France Relance est doté de 36 milliards d’euros et doit permettre d’éviter la hausse des inégalités, de sauvegarder l’emploi, d’accompagner les personnes précaires et d’encourager la solidarité nationale.

Avec le plan  » un jeune, une solution « , le gouvernement mobilise près de 9 milliards d’euros pour soutenir l’emploi, l’insertion et la formation professionnelle des jeunes. Depuis août 2020, ce sont 2,6 millions de jeunes qui ont directement bénéficié d’aides de France Relance pour l’emploi, l’insertion ou la formation. Que permet le plan  » un jeune, une solution « ? Il peut vous permettre d’effectuer un volontariat territorial en entreprise vert (VTE vert) sur des missions en lien avec la transition énergétique et écologique en entreprise; vous faire profiter de l’aide exceptionnelle pour l’apprentissage; ou de l’aide exceptionnelle pour les contrats de professionnalisation; vous faire bénéficier d’un contrat d’initiative emploi jeunes (CIE Jeunes) qui est un contrat de travail comportant des actions d’accompagnement professionnel; profiter du Parcours Emploi compétences Jeunes (PEC Jeunes); bénéficier d’un service civique parmi les 100 000 services civiques mis à disposition par l’Etat; profiter d’un parcours de 24 mois au sein d’une structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) pour acquérir des compétences et s’insérer; bénéficier de nouvelles formations dans les métiers d’avenir … etc….

Avec 2,5 milliards d’euros, France Relance finance plus de 11 600 projets d’investissement du quotidien portés par des collectivités locales. Mais, France Relance c’est aussi un investissement massif en faveur du système de santé. Dans le cadre du Ségur de la santé, 6 milliards d’euros de France Relance sont consacrés à l’investissement dans les secteurs sanitaires et médico-social ainsi que dans le numérique en santé. A ce jour, un quart de l’investissement prévu suite au Ségur est engagé pour l’augmentation de places en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, la modernisation et la restructuration de l’offre de soins et le développement d’usage numérique.